Sermon du Prophète bien aimé, Mouhamed paix et bénédiction sur lui, à l’occasion de la fête du sacrifice

1. Sermon du Prophète bien aimé, Mouhamed paix et bénédiction sur lui, à l’occasion de la fête du sacrifice

Selon ibn ‘Abbâs(rad), le Messager d’Allah paix et bénédiction sur lui a fait un sermon le Jour du sacrifice, où il a déclaré :
« Ô gens ! Quel jour sommes-nous ?
- Un jour sacré, ont-ils répondu.- Sur quelle terre sommes-nous ?
- Sur une terre sacrée.
- Quel mois sommes-nous ?
- Un mois sacré.
- Votre sang, vos biens, et votre honneur sont sacrés comme sont sacrés votre jour-ci, votre terre-là, et votre mois-ci. Après l’avoir répété trois fois, il a levé ses yeux au ciel pour s’exclamer :

« Ô Allah ! Ai-je transmis ? Ô Allah ! Ai-je transmis ? » Ibn ‘Abbâs (rad) a commenté : « Par Celui qui détient mon âme entre Ses Mains ! C’est son testament à sa communauté. »

« Que la personne présente transmette à celle absente ! Poursuivit le Prophète paix et bénédiction sur lui. Surtout ne devenez pas mécréants après moi en brandissant vos épées les uns contre les autres. » Rapporté par al Bukhârî

Commentaire du Hadith: Les savants s'accordent pour dire qu'il s'agit-là d'un acte de mécréance mineure, c'est-à-dire qui ne fait pas sortir de l'Islam. En revanche il s'agit d'une caractéristique des mécréants que les musulmans doivent délaisser eu égard aux graves conséquences qui en découlent. Ibn Hajar (ra) a commenté ces nobles ahadiths pleins d'enseignements:
« S’il a comparé le caractère sacré du sang, de l’honneur, et des biens à celui de ces trois choses, c’est parce que l’auditoire ne voyait pas les choses ainsi, autrement dit, il ne tolérait pas que l’on puisse violer le sacré. Ils trouvaient que l’auteur d’un tel sacrilège méritait tous les blâmes. S’il a posé cette question avant d’établir cette comparaison, c’est pour leur rappeler qu’ils sont effectivement sacrés. Il a établi ce qui était déjà ancré dans les cœurs pour fonder ce qu’il voulait édifier, afin de le confirmer. 

  • Ceci doit être un rappel pour chacun d'entre-nous en ces moments de fêtes, car ce fut un rappel également pour les Compagnons (qu'Allah les agrées) durant ces mêmes moments.
  • Il est étonnant de voir à travers le monde comment les musulmans s'entredéchirent les uns les autres sans aucune miséricorde. Est-ce que ce sont les cœurs qui se sont durcis ? Est-ce que c'est l'ignorance qui s'est propagée ? Voilà que des pays musulmans sont devenus de vrais champs de batailles, de même que certaines régions ont   renoué avec l'attachement au clan tutélaire, aux traditions des ancêtres et au chauvinisme tribal voire nationaliste ; penchants datant de l'époque anté-islamique, auxquels la révélation d'Allah est venu tordre le cou. Le musulman tue le musulman sous prétexte que s'il n'est pas avec lui, il est forcément contre lui. Et les voilà devenus des adversaires déclarés.
  • Ce rappel de notre Prophète bien aimé  nous enjoint à l'Unité car rien ne divise plus que les armes, il nous enjoint à l'amour car rien n'est plus odieux que de faire couler le sang de son frère. Qu'Allah unifie les cœurs des musulmans. Amine.- Beaucoup de ahadith encore vont en ce sens.- La très grande et très fine pédagogie du Prophète paix et bénédiction sur lui : *Il, paix sur lui, n'a cessé de répéter ces paroles-ci en des occasions déterminées, ici la fête du sacrifice, pour appuyer l'importance du message transmis. Ainsi il peut être utile, dans notre contexte où les musulmans se réunissent en masse surtout lors des occasions telles que le vendredi où les deux fêtes, de répéter certaines paroles pour faire passer un message de la plus haute importance.* De même qu'il, paix sur lui, a utilisé une comparaison à partir de choses que l'auditoire connaissait, pour fonder ce qu'il voulait édifier, comme nous le fait remarqué le grand savant Ibn Hajar (ra).
  • - L'une des utilités de retenir un hadith est celle de pouvoir le mettre en application et de le transmettre à des personnes qui le comprendront sûrement mieux que nous-mêmes, et ainsi de suite, car le Prophète paix sur lui nous dit : « Que la personne présente transmette ce message à celle absente ! Une personne l’ayant reçu est susceptible de mieux l’assimiler que celle qui l’a entendu » Il est fort certain que plusieurs personnes d'entre ceux présent ici auront mieux assimilé et compris ce hadith que moi, en tout cas c'est ce que j’espère.

 

2. Deux dimensions nécessairement complémentaires ressortent de ce Hadith :

- Relation vertical (les actes cultuels)
- Relation horizontal (les rapports fraternels et de justice entre les personnes).
  
L’imam Achâfi’i a dit : « Les droits de Dieu sont caractérisés par l’indulgence, alors que les droits des hommes sont de stricts observances. »

3. Ce jour là il est important de poser des actes concrets :

  • Renouer un contact sincère avec Dieu Exalté soit-Il.
  • Renouer les liens du sang.
  • Renouer les liens de fraternité et de bon voisinage.
  • S’ouvrir au pardon et à la reconnaissance.

 

Qu’Allah Exalté soit-Il accepte nos œuvres et les bénisse.

 

Fatawas.be

logo fatawas