Les 40 Hadîth An-Nawawi

L’IMÂM ABÛ ZAKARIYYÂ' MUHYI AD-DÎN IBN CHARAF AN-NAWAWÎ (mort 676H/ )

« Ce que le Messager vous apporte, prenez-le.»
(Ste 59/V7)

INTRODUCTION de l’imâm An-Nawawî

Louange à Dieu, Souverain des mondes, Eternel Gardien des cieux et des terres, Détenteur entre Ses Mains du sort de tous les êtres créés, Lui ayant dépêché Ses Messagers (Bénédictions et Paix d’Allâh sur eux tous) aux êtres doués de raison pour les guider et leur expliquer les saintes Lois de la religion, par le moyen de preuves irréfutables et de clairs arguments.

Je Lui rends grâce pour tous Ses Bienfaits et Lui demande d’accroître Ses Faveurs. Je me porte témoin qu’il n’y a point d’autre dieu qu’Allâh seul, n’ayant point d’associé, Lui, L’Un, Le Dominateur, Le Généreux, L’Absoluteur ; et je témoigne de même, que notre maître Mouhammad est Son serviteur et Son Messager, Son élu affectionné et Son intime, le plus riche en vertus de tous les êtres créés, lui qui fut honoré par le précieux Coran, miracle permanent à travers les siècles ainsi que par les « Sounna », offrant leur flambeau spirituel comme guide à ceux qui y ont recours, notre maître Mouhammad, à qui fut dévolu, en apanage singulier, et la concision du discours et la douce tolérance en fait de religion (puissent les Bénédictions et la Paix d’Allâh lui être accordées ainsi qu’à tous les autres Prophètes et Messagers, aux membres de leurs familles, à tous et à tous les saints
réunis !)

Cela dit, et pour aborder notre sujet, il nous a été rapporté d’après ‘Alî Ibn Abî Tâlîb, ‘Abd-Allah ibn Mas‘oûd, Aboû-Ad-Dardâ', Ibn ‘Oumar, Ibn ‘Abbâs, Anas Ibn Mâlik, Aboû Hourayra et Aboû Sa‘îd Al Khoudrî (Puissent-ils bénéficier de l’Agrément d’Allâh), à travers plusieurs chaînes d’autorités, et en différentes versions que le Messager d’Allâh (Bénédictions et Salutations de Dieu sur lui) a dit : « Quiconque aura retenu par cœur et conservé à l’intention de ma communauté quarante hadith se rapportant aux points de sa religion, Allâh le fera ressusciter, au Jour du Jugement, en compagnie des érudits et des savants attitrés en religion.»

Dans une autre version, le Prophète (Bénédictions et Salutations de Dieu sur lui) a dit : « Allâh le fera revivre en juriste et docteur en matière de religion. »

Dans la version d’Aboû Ad-Dardâ', il est précisé : « Au Jour du Jugement, je serai pour lui un intercesseur, et témoignerai en sa faveur ».

La version d’Ibn Mas‘oud s’exprime ainsi : « On lui dira : Entre donc par n’importe quelle porte du Paradis que tu voudras ! ».

Enfin, selon le texte attribué à Ibn ‘Oumar : « Son nom sera inscrit parmi les savants docteurs en religion, et il sera ressuscité en compagnie des martyrs ».

Les docteurs en matière de hadîth sont toutefois d’accord pour n’attribuer au hadîth en question qu’un faible coefficient d’authenticité, en dépit de la multiplicité des voies de transmission. Les savants docteurs en matière de religion (Puissent-ils bénéficier de l’Agrément d’Allâh !) n’en ont pas moins composé d’innombrables ouvrages dans ce domaine. Le premier en date, à ma connaissance, qui s’y adonna fut ‘Abd-Allâh Ibn al Moubârak. Ensuite viennent successivement, par ordre chronologique, Ibn Aslam At-Toûsî, le savant docteur et grand mystique, Al-Hasan ibn Soufyân An-Nasâ’î, Aboû Ibrâhim Al-Asfa-hânî, Ad-Dâraqoutnî, Al-Hâkim, Aboû Nou‘aym, Aboû ‘Abd-Ar-rahmân as-Soulamî, Aboû-al-Ansârî, Aboû Bakr Al-Bayhaqî, dont nous citons ici les noms parmi une foule innombrable d’auteurs tant anciens que modernes.

Désireux de suivre l’exemple de ces grands chefs religieux, qui ont tant contribué à la sauvegarde de l’Islam, j’ai demandé à Dieu Le Très-Haut de me guider en vue de la confection d’un recueil comprenant quarante hadîth. Les docteurs en science religieuse ont admis qu’en matière de bonnes œuvres à accomplir, on peut se référer à l’autorité de hadiths d’authenticité douteuse. Pour moi, plutôt que de me réclamer du hadîth cité précédemment, j’entends me prévaloir de cette parole bien connue du Prophète (Bénédictions et Paix d’Allâh sur lui !), citée au nombre des hadîth authentiques, et qui dit : « Que ceux qui sont les témoins de mes propos en informent ceux qui sont absents », me référant de même à cet autre hadith non moins authentique, disant : « Puisse Allah faire rayonner de clarté le visage de quiconque entendant mes propos, les fixe en sa mémoire pour les transmettre tels qu’il les a entendus ! ».

Par ailleurs, certains des savants auteurs ont choisi leurs quarante hadîth parmi ceux ayant trait aux commandements religieux de base, tandis que d’autres ont avantagé ceux traitant de questions subsidiaires ; d’aucuns ont consacré leur travail au jihâd ou bien à l’ascétisme ; quelques-uns ont mis l’accent sur les préceptes de la morale ou se sont appliqués à réunir des sermons édifiants. C’étaient là de pieuses intentions de la part des uns et des autres, et puisse Allâh agréer les efforts de ceux qui ont entrepris de s’y conformer.

Pour moi, j’envisage, par le présent recueil, un objet plus important que ceux auxquels ils ont tous visé, à savoir quarante hadîth, sans doute, mais intégrant tous les sujets précédemment énoncés, puisque chacun de mes textes embrasse l’un des principes essentiels en matière de religion, c’est-à-dire un principe dont les docteurs de la foi font le pivot central de l’Islam, à moins qu’ils ne lui attribuent une valeur intrinsèque égale à la moitié, au tiers ou à toute portion importante de l’Islam dans sa totalité. Je m’impose, en outre, pour consigne, de n’admettre dans mon recueil, que des hadîth d’authenticité reconnue, et pour la plupart, tirés des deux Sahih d’Al-Boukhârî et de Mouslim. J’ai pris soin de présenter mes hadîth allégés des chaînes habituelles de transmission, afin qu’il soit plus aisé de les retenir par cœur et qu’il puisse en résulter un plus grand profit.

Toute personne ayant en vue la félicité éternelle doit s’appliquer à étudier ces hadîth tant en raison des importants sujets dont ils traitent que pour les directives qui y sont énoncées à propos de toutes les pieuses obligations. Cela est clair pour quiconque y réfléchit.

C’est à Allâh que je me fie, sur Lui que je me repose et Lui que je prends pour appui.
A Lui la Louange et la Grâce, et par Lui le succès et l’exemption contre l’erreur.

L'imâm An-Nawawî

LES QUARANTE HADÎTH


HADÎTH 1

D’après le Commandeur des Croyants, Aboû-Hafs ‘Oumar Ibn al-Khattab (Que Dieu soit satisfait de lui) il a été rapporté ce qui suit :

« J’ai entendu, dit ‘Oumar, le Messager d’Allâh – Puisse Allâh répandre sur lui Ses Bénédictions et lui accorder Son Salut ! – qui disait :

« Les actions procèdent uniquement des intentions qui les commandent, et il n’est pour quiconque d’acquis valable, que ce vers quoi il tend par ses actes.

Ainsi tel émigrant que ses pas ont porté vers Dieu et Son Messager, aura effectivement émigré pour servir l’un et l’autre.

Mais tel autre émigrant, convoitant des biens éphémères ou une femme à épouser, n’aura effectivement émigré que vers un tel but exclusivement ».Ce Hadîth a été rapporté par les deux Imams des mouhaddithîn Al-Boukhari et Mouslim dans leurs deux Sahîh qui sont les plus valables parmi les Recueils de hadîth.

HADITH 2

D’après ‘Oumar Ibn Al Khattâb (Que Dieu soit satisfait de lui) – qui dit : « Tandis que nous étions réunis autour du Messager de Dieu, voici que surgissait soudain à notre horizon un homme aux vêtements d’une blancheur éclatante, à la chevelure d’un noir foncé. Nulle trace de voyage ne se voyait sur sa personne, et aucun d’entre nous ne le connaissait. Il alla s’asseoir vis-à-vis du Prophète, appuyant ses genoux contre les siens, et posant les deux mains sur ses cuisses. - « Mouhammad, dit-il, instruis-moi au sujet de l’Islam ! ». Le Messager d’Allâh (Bénédictions et Salut sur lui) – répondit en ces termes : - « Etre musulman, c’est témoigner qu’il n’est de dieu qu’Allâh et que Mouhammad est Son Messager, accomplir strictement les prières, acquitter l’aumône prescrite (zakât), observer le jeûne du Ramadan, enfin se rendre en pèlerinage, s’il est en ton pouvoir de le faire, à la Demeure sacrée. » - « Tu as dit vrai » fit l’inconnu. Et nous fûmes étonnés de l’entendre ainsi l’approuver sur ce ton après l’avoir d’abord interrogé. - « Informe-moi maintenant, dit l’étranger, du contenu de la foi en Islam. » - « C’est, dit le Messager d’Allâh, de croire en Allâh, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses Messagers, enfin au Jour du Jugement dernier et au Destin préétabli, pour le meilleur comme pour le pire. » - « Cela est vrai, approuva l’inconnu » Et il demanda encore : - « Apprends-moi ce qu’est la foi parfaite. » - « C’est, reprit le Prophète, de servir Allâh comme si tu Le voyais, car Lui te voit, si toi ne peux Le voir ». Alors l’homme, approuvant une fois de plus la réponse du Prophète, lui dit. : - « Et maintenant, informe-moi de l’Heure du Jugement ». Et le Messager d’Allâh répondit : - « Celui qu’on interroge à son sujet, n’en sait pas plus que celui qui l’interroge. » - « Alors, fais-en moi connaître les signes précurseurs ! » - « Aux approches de l’Heure, on verra la jeune servante donner le jour à sa future maîtresse. Et l’on verra des va-nu-pieds, des miséreux, des manants dénués de tout et vivant d’aumônes qui se mettront, à l’envie, à se faire construire des palais ». Sur ce, l’inconnu s’en alla. Je demeurais un long moment sans bouger. Puis rompant le silence : - « Sais-tu bien, ‘Oumar, fit le Messager d’Allâh, qui était celui qui me posait ces questions ? » - « Dieu seul et Son Messager, répondis-je, en sont les mieux informés. » - « Eh bien ! fit le Prophète, c’était l’ange Gabriel, venu à vous pour vous instruire dans votre religion ».

HADITH 3

Sur la foi d’Aboû ‘Abd Ar-Rahmân ‘Abd-Allâh, fils de ‘Oumar Ibn Al Khattâb (Qu’Allâh soit satisfait de tous les deux ) il a été rapporté :« J’ai entendu le Messager de Dieu (Bénédictions et Paix d’Allâh sur lui) tenir ce propos :« L’Islam est bâti sur cinq piliers, à savoir : l’attestation qu’il n’est d’autre divinité qu’Allâh, et que Mouhammad est Son Messager, le strict accomplissement des prières, l’acquittement de l’aumône légale (zakât), l’observance du pèlerinage à la Demeure sacrée, enfin, le jeûne du Ramadan. »

HADITH 4

Ce hadîth est rapporté d’après Aboû ‘Abd Ar-Rahmân ‘Abd-Allâh Ibn Mas‘oûd qui dit : « Le Messager d’Allâh (Bénédictions et Paix d’Allah sur lui) nous a tenu ce propos, lui, le véridique en tout, le digne de créance :« La création de n’importe qui d’entre vous s’accomplit en diverses phases dans le sein de sa mère : simple goutte de sperme au début, durante quarante jours, il devient corpuscule qui s’accroche pour une période égale, puis particule de chair (embryon) pendant quarante jours encore. Enfin, un ange est envoyé qui insuffle en lui une âme, principe de vie. En même temps, ordre est donné à l’Ange de consigner par écrit quatre genres de mentions, à savoir : une concernant son degré de fortune, une autre précisant le terme inéluctable de ses jours, une troisième déterminant ses actions, enfin une quatrième annonçant sa qualité de bienheureux ou de réprouvé dans l’Au-delà. J’en jure par Allâh, en dehors de Qui il n’est point d’autre dieu ! Il pourra fort bien advenir que tel d’entre vous se comportera, à force d’actions vertueuses, en véritable hôte futur du Paradis, au point d’en être distant d’une coudée à peine. C’est alors que se tournant contre lui, ses données écrites de son destin le feront agir en hôte futur de l’Enfer, où il sera un jour précipité. Tel autre, par contre, se conduira en homme voué à l’Enfer, au point qu’il n’en sera séparé que d’une coudée. Mais jouant alors désormais en sa faveur, les informations écrites le feront agir en homme voué au Paradis, où il sera effectivement admis ».

HADITH 5

Il est rapporté d’après la Mère des Croyants, Oum ‘Abd-Allâh, ‘Â'icha (Que Dieu soit satisfait d’elle) que le Messager de Dieu (Bénédictions et Salut de Dieu sur lui) – dit : « Toute innovation qui ne puisse s’intégrer à cette Règle-ci, la nôtre, doit être rejetée ». Dans une autre version rapportée par Mouslim, il a dit :« Toute initiative qui ne soit point conforme à notre Règle est à rejeter ».

HADITH 6

Aboû ‘Abd-Allâh An-Nou‘mân Ibn Bachîr rapporte : « J’ai entendu le Messager de Dieu (Bénédictions et Salut de Dieu sur lui) tenir ce propos :« Ce qui est illicite est patent, de même qu’est évident ce qui est illicite. Entre ces deux extrêmes, existent certains actes équivoques que bon nombre de gens ne savent pas reconnaître. C’est pourquoi quiconque s’abstient de ces actions douteuses aura mis et sa religion et son honneur à l’abri de toute souillure. Par contre, à se laisser tenter par des actions équivoques, on tombe forcément dans ce qui est interdit. Ainsi en est-il du berger qui fait paître son troupeau autour d’un enclos réservé au maître : peu s’en faut que ses brebis n’y fassent irruption pour le dévaster. Il n’est point de roi qui ne possède un domaine bien gardé. Or, le domaine sacré d’Allâh est l’ensemble des interdits quIil a établis. Il est, en vérité, dans le corps un morceau de chair dont dépend la bonne ou la mauvaise santé de tout l’organisme, selon que ce morceau de chair est sain ou corrompu. Cette particule n’est autre que le cœur ».

HADITH 7

D’après Aboû Rouqayya, Tamîm ibn Aws Ad-Dârî, il a été rapporté que le Messager de Dieu (Bénédictions et Salut de Dieu sur lui) a dit :- « Voici ce qu’est la religion : une affection sincère ». Nous lui demandâmes :- « Mais envers qui, Messager d’Allâh ? » Et lui de répondre : - « Envers Allâh, Son Livre, Son Messager, envers les chefs des musulmans et toute leur communauté réunie ».

HADITH 8

On a rapporté d’après Ibn ‘Oumar (Qu’Allâh soit satisfait de lui), que le Messager d’Allâh (Bénédictions et Salut de Dieu sur lui) a dit :« Il m’a été ordonné de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils témoignent qu’il n’y a d’autre dieu qu’Allâh et que Mouhammad est Son Messager, qu’ils accomplissent strictement les prières et qu’ils acquittent l’aumône légale. S’ils s’exécutent, la sécurité totale de leurs personnes et de leurs biens leur sera garantie contre toute action hostile de ma part, à moins qu’il n’y ait infraction aux règles établies par l’Islam. Ils n’auront ensuite à rendre des comptes qu’à Dieu Le Très-Haut ».

HADITH 9

Aboû Hourayra ‘Abd Ar-Rahmân Ibn Sakhr (Que Dieu soit satisfait de lui), rapporte : « J’ai entendu le Messager d’Allâh qui disait :« Ce que j’ai déclaré pour vous interdit, abstenez-vous en ; ce que je vous ai, par contre ordonné, faites-le autant qu’il vous est possible. Ce qui a fait détruire ceux qui ont vécu avant vous, ce furent leurs questions abusives et leur scission avec leurs Prophètes ».

HADITH 10

D’après Aboû Hourayra (Que Dieu soit satisfait de lui) il a été rapporté : « Le Messager d’Allâh (Bénédictions et Salut de Dieu sur lui) a dit :« Allâh, à la Bonté infinie, n’accepte que ce qui est licite. Allâh a fait aux Croyants, Ses fidèles, les mêmes commandements qu’à Ses Messagers. C’est ainsi qu’Il a dit : « O vous Messagers, nourrissez-vous de bons aliments licites et pratiquez la vertu ! » (Ste 23/ V 51). Et Il dit de même : « O vous qui croyez ! Mangez de ces bons aliments, dont Nous fîmes votre subsistance ! » (Ste 2 / V 172). Le Prophète (Bénédictions et Salut de Dieu sur lui) évoqua ensuite le cas d’un homme errant sans trêve par monts et par vaux, les cheveux en désordre et les vêtements poudreux, et qui levant les bras au ciel, implore : « Ô Seigneur ! Ô Seigneur !… », cependant que ses aliments, sa boisson sont illicites, que ses vêtements sont mal acquis et que, enfant, il a été nourri d’aliments illicites. Comment imaginer que sa prière puisse être exaucée ? ».

HADITH 11

D’après Aboû Mouhammad, Al Hasan Ibn ‘Alî Ibn Abî Tâlib, petit-fils du Messager d’Allâh (Bénédictions et Paix de Dieu sur lui) et sa joie, (Qu’Allâh soit satisfait de tous les deux), il a été rapporté :« Je garde toujours, dit-il, en ma mémoire, cette parole du Messager d’Allâh : « Laisse toujours de côté ce qui te semble suspect pour t’attacher à ce qui est plus rassurant ».

HADITH 12

D’après Aboû Hourayra (Que Dieu soit satisfait de lui) il a été rapporté : « Le Messager de Dieu (Bénédictions et Salut de Dieu sur lui !) dit :« Entre autres vertus qui font le bon musulman, il est notamment celle-ci : rejeter loin de lui ce qui ne peut le concerner ».

HADITH 13

D’après Aboû Hamza Anas Ibn Mâlik (Qu’Allâh soit satisfait de lui) – serviteur du Messager d’Allah (Qu’Allâh le bénisse et lui accorde le salut), il a été rapporté que le Messager d’Allâh dit :« Nul d’entre vous ne sera vraiment croyant tant qu’il n’aimera pour son frère que ce qu’il aime pour lui-même ».

HADITH 14

D’après Ibn Mas‘oûd (Qu’Allâh soit satisfait de lui), le Messager d’Allâh (Bénédictions et Salut de Dieu sur lui !) a dit : « Le sang d’un homme musulman ne peut être strictement versé que dans trois cas, à savoir : quand cet homme, étant marié, à commis un adultère ; quand, coupable d’un homicide, il est passible du talion ; enfin quant, ayant apostasié, il se sépare de la communauté ».

HADITH 15

D’après Aboû Hourayra (Qu’Allâh soit satisfait de lui), le Messager de Dieu (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) dit : « Que celui qui croit en Allâh et au Jugement dernier dise du bien ou se taise ! Que Celui qui croit en Allâh et au Jugement dernier respecte son voisin !Que celui qui croit en Allâh et au Jugement dernier reçoive généreusement son hôte ! »

HADITH 16

D’après Aboû Hourayra (Que Dieu soit satisfait de lui) qui dit :Un homme dit au Prophète (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) : - « Fais-moi une recommandation ! » Le Prophète (Paix sur lui) lui dit : - « Ne te mets pas en colère ! » L’homme réitéra plusieurs fois sa demande, recevant toujours la même réponse du Prophète (Paix sur lui) : - « Ne te mets pas en colère ! ».

HADITH 17

D’après Aboû Ya‘lâ Chaddâd Ibn Aws (Qu’Allâh soit satisfait de lui), le Messager de Dieu (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) dit :« En vérité, Dieu (Exalté) prescrit une heureuse exécution en tout domaine. Ainsi donc, si vous tuez, faites-le en perfection ; si vous égorgez une bête, montrez-vous capable de l’égorger. Que chacun de vous affûte sa lame et épargne toute souffrance à sa victime ! ».

HADITH 18

D’après Aboû Dharr Joundoub Ibn Jounâda et Aboû ‘Abd Ar-Rahmân Mou‘âdh Ibn Jabal (Qu’Allâh soit satisfait de tous les deux) le Messager de Dieu (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) dit :« Crains Allâh, en quelque endroit que tu sois ! Fais toujours en sorte, après une mauvaise action, d'en effacer la trace par une bonne la suivant de près ! Sois d’un comportement affable envers les gens ! »

HADITH 19

D’après Aboû Al ‘Abbâs ‘Abd-Allâh Ibn ‘Abbâs (Que Dieu soit satisfait de tous les deux) qui dit : « Je me trouvais un jour en croupe derrière le Prophète (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) :« Jeune homme, me dit-il, je vais t’enseigner quelques sentences : Garde intact en toi le souvenir d’Allâh, et Allâh te gardera ! Souviens-toi d’Allâh, tu Le trouveras en face de toi ! Si tu as quelque demande, adresse-toi uniquement à Allâh ! Si tu dois chercher du secours, invoque Allâh pour qu'Il t’en fournisse. Sache que si la Communauté toute entière se réunissait pour te procurer quelque avantage, elle ne saurait t’en apporter que ce qu’Allâh a déjà prescrit pour toi, Et que si les membres de la Communauté se groupent, tous ensemble, pour te causer un tort, ils ne sauront en rien te léser qu’autant qu’Allâh l’a déjà prescrit à ton encontre. Les calames ont été relevés, et l’encre s’est figée ». Dans une autre version que celle d’At-Thirmidhî, on lit :« Pense toujours à Allâh, tu Le trouveras devant toi. Cherche à connaître Allâh dans l’aisance, Il te reconnaîtra dans l’adversité. Sache que le coup qui t’a manqué, ne pouvait pas t’atteindre, et que celui qui t’a atteint ne pouvait point te manquer. Sache que le succès est le compagnon de la patience, qu’une issue heureuse se joint à la détresse et que la dureté de vie fait place à l’aisance ».

HADITH 20

D’après Aboû Mas‘oûd ‘Ouqba Ibn ‘Amr Al Ansârî (Qu’Allâh soit satisfait de lui ), le Messager de Dieu (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) dit :« Certes, parmi les paroles de la première prophétie que les hommes ont pu recueillir, figure celle-ci : Si tu n’éprouves aucune pudeur, fais alors ce que tu veux ! ».

HADITH 21

D’après Aboû ‘Amr (Aboû ‘Amra, suivant une autre version), Soufyân Ibn ‘Abd Allah (Que Dieu soit satisfait de lui) qui dit :- « O Messager d’Allâh, dis-je, énonce-moi, à propos de l’Islam, un enseignement tel que je n’interrogerai à son sujet personne d’autre que toi ! »- « Dis, me répondit le Messager : « Je crois en Dieu ! » Et puis sois honnête ! »

HADITH 22

D’après Aboû ‘Abd-Allâh Jâbir Ibn ‘Abd-Allâh Al-Ansarî (Que Dieu soit satisfait de lui), qui dit :« Un homme interrogea le Messager de Dieu (Qu’Allâh le bénisse et lui accorde le salut) en ces termes : - « Penses-tu que si j’accomplis les prières prescrites, que je jeûne durant le Ramadan, que je traite ce qui est licite pour tel et que je m’interdise l’illicite, sans ajouter à cela quoi que ce soit, penses-tu que j’entrerai au Paradis ? » - « Oui », répondit le Messager.

HADITH 23

D’après Aboû Mâlik Al Hârith Ibn ‘Âsim Al Acha‘arî (Que Dieu soit satisfait de lui), le Messager de Dieu (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) dit :« La pureté est la moitié de la foi. La formule « Al-hamdou lillâh » (Louange à Allâh !) remplit la balance de bonnes œuvres. Celles de « Gloire à Allâh ! » (« Soubhâna Allâh !») et « Louange à Allâh ! » (« Al-hamdou lillâh !») remplissent l’espace entre le ciel et la terre. La prière est lumière. La charité est preuve concluante. La patience est clarté. Le Coran est argument pour toi ou contre toi. Tout homme, chaque matin, va trafiquer de son âme et il se peut qu’il l’affranchisse ainsi du feu de l’Enfer ou l’y fasse précipiter à jamais ».

HADITH 24

D’après Aboû Dharr Al-Ghifârî (Qu’Allâh soit satisfait de lui), d’après le Prophète (Que les Bénédictions et la Paix de Dieu soient sur lui), qui rapporte, entre autres paroles qu’il tient de son Seigneur (Que Sa Puissance et Sa Majesté soient proclamées), celles conçues en ces termes :« Ô Mes serviteurs, chacun de vous est égaré, sauf celui que J’ai guidé : demandez-Moi la bonne direction et Je vous guiderai.«Ô Mes serviteurs, chacun de vous est affamé, sauf celui que J’ai nourri : demandez-Moi de la nourriture et Je vous nourrirai.« O Mes serviteurs, chacun de vous est nu, sauf celui que J’ai vêtu, demandez-Moi de vous vêtir et Je vous vêtirai.« O Mes serviteurs, vous péchez de nuit et de jour et Moi, Je pardonne les fautes, entièrement : demandez-Moi le pardon et Je vous pardonnerai.« O Mes serviteurs, vous n’atteindrez jamais une puissance telle que vous pourrez Me nuire, ni ne parviendrez à M’être utile, si vous y tenez.« O Mes serviteurs, si le premier et le dernier d’entre vous et si vous tous, hommes et génies, se trouvaient avoir le cœur plus pieux que celui de l’homme le plus pieux d’entre vous, cela n’ajouterait rien à Mon Royaume.« O Mes serviteurs, si le premier et le dernier d’entre vous, si vous tous, hommes et génies, se trouvaient avoir le cœur plus pervers que celui du plus pervers d’entre vous, cela ne diminuerait en rien Mon Royaume.« O Mes serviteurs, si le premier et le dernier d’entre vous, et si les hommes et les génies que vous êtes, tous se levant au même endroit, M’adressaient une demande, et si J’agréais celle de chacun d’entre vous, cela ne diminuerait pas plus ce que Je possède qu’une aiguille ne diminue la mer quand elle y est introduite.« O Mes serviteurs, c’est seulement le compte de vos actions que Je tiens pour vous ; ensuite Je vous en paye exactement le prix. Que celui qui y trouve du bien en rende grâce à Allâh, et que celui qui y trouve autre chose ne s’en prenne qu’à lui-même ! ».

HADITH 25

D’après Aboû-Dharr (Que Dieu soit satisfait de lui) rapporte aussi :« Des gens parmi les Compagnons du Messager d’Allâh (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) dirent au Prophète : - « Les riches ont emporté les récompenses : ils prient comme nous prions, ils jeûnent comme nous jeûnons, et ils font de plus des aumônes avec le surplus de leurs richesses ».- « Est-ce que Dieu, répondit-il, ne vous a pas dotés d’autres biens que vous pouvez dépenser en aumônes ? En vérité, pour toute ‘Tasbîha’ (ce qui revient à dire : « Soubhâna Allâh !» (Gloire à Dieu !), vous aurez accompli l’équivalent d’une aumône. Pour toute ‘Takbîra’, consistant à dire « Allâhou akbar » (Allâh est Le Plus grand !), une aumône aussi vous est comptée. Pour toute ‘Tahmîda’, consistant à dire « Al-hamdou lillâh » (Louange à Dieu !), une aumône. Pour toute ‘Tahlîla’ qui consiste à dire « Lâ ilâha illâ Allâh » (Il n’y a pas de dieu sauf Dieu), une aumône. Ordonner le bien, c’est faire une aumône ; réprouver le mal, est une aumône de même ; enfin, pour un acte sexuel accompli licitement par l’un d’entre vous, la valeur d’une aumône vous est acquise. »- « O Messager d’Allâh, dirent-ils alors, est-ce que l’un d’entre nous, assouvissant ses désirs charnels, aura droit par cet acte à une récompense ? »- « Pensez-vous que si son désir s’était porté vers quelque objet interdit, il se serait chargé d’un grave péché ? Oui, certainement. De même s’il l’assouvit licitement, il en sera récompensé ».

HADITH 26

D’après Aboû Hourayra (Qu’Allâh soit satisfait de lui), le Messager de Dieu (Dieu le bénisse et lui accorde le salut) dit :« Chaque articulation du corps humain, en chaque jour où le soleil se lève, est redevable d’une aumône. Chaque fois que tu règles équitablement un différend opposant deux croyants, c’est une aumône qui t’est comptée. Lorsque tu aides un homme en difficulté avec sa monture, le faisant monter dessus ou chargeant sur elle ses bagages, tu fais aussi une aumône. Une parole agréable équivaut à une aumône. Autant de pas que tu fais, allant à la prière, autant d’aumônes. Enfin écarter quelque objet nuisible de la voie publique, c’est aussi faire œuvre de charité ».

HADITH 27

D’après An-Nawwâs Ibn Sam‘ân (Que Dieu soit satisfait de lui), le Prophète (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) dit :« La piété réside dans la bonté du caractère. Le péché, c’est ce qui affecte ton âme et qu’il t’est désagréable de voir connu des gens ».Ce hadîth est rapporté par Mouslim.D’après Wâbisa Ibn Ma‘bad (Que Dieu soit satisfait de lui), qui dit :« Je me rendis auprès du Messager d’Allâh (Qu’Allâh le bénisse et lui accorde le salut), qui dit :-« Tu es venu m’interroger sur la piété ? »-« Oui », répondis-je !-« Consulte ton cœur et tu auras la réponse. La piété est ce par quoi tu te sens l’âme en paix et le cœur en paix, et le péché, c’est ce qui affecte l’âme et s’installe en agitation trouble dans le cœur. Voilà ce qu’est la piété, dussent les gens les uns après les autres, t’en affirmer tout le contraire ».

HADITH 28

D’après Aboû Najîh Al ‘Irbâd Ibn Sâriya (Que Dieu soit satisfait de lui), qui dit :« Le Messager de Dieu (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut), nous fit une exhortation telle que les cœurs en tressaillirent de crainte et que les yeux en furent baignées de larmes. - « O Messager d’Allâh, dîmes-nous, ne serait-ce pas là un sermon d’adieu. Fais-nous donc tes ultimes recommandations ».- « Je vous recommande de craindre Allâh (Que Sa Puissance et Sa Majesté soient proclamées), d’écouter votre chef et de lui obéir, dût le commandement échoir, parmi vous, à un esclave. Car ceux d’entre vous qui vivront assez longtemps verront se produire de nombreuses divergences dans le sein de la communauté. Veillez donc à suivre ma « Sounna » (règle de vie) et celle des califes orthodoxes et bien guidés, attachez-vous résolument à l’observer. Méfiez-vous des innovations douteuses en matière de religion. Car toute innovation risquée est hérésie, toute hérésie est égarement, tout égarement est passible de l’Enfer ».

HADITH 29

D’après Moua‘âdh Ibn Jabal (Que Dieu soit satisfait de lui) qui dit :- « O Messager d’Allâh, dis-je, instruis-moi d’un acte qui me fera entrer au Paradis et me tiendra loin de l'Enfer ».- « Tu m’interroges sur une affaire de haute importance mais qui sera, certes, aisée à mener à bien pour quiconque à qui Dieu Le Très Haut aura facilité la chose. Pour ce faire, tu adoreras Allah sans rien lui associer, tu accompliras les prières obligatoires, tu acquitteras la « zakât » (impôt rituel), tu jeûneras pendant le mois de Ramadan, tu te rendras en pèlerinage à la Maison d’Allâh ».Puis le Prophète (Paix et Salut de Dieu sur lui) dit : - « Ne t’indiquerai-je pas les portes du Bien ? Les voici : le jeûne, bouclier protecteur contre le mal, l’aumône qui éteint le péché comme l’eau éteint le feu, enfin la prière de l’homme faite au sein de la nuit ».Puis il récita ces versets coraniques :« Leurs flancs s’arrachent à leurs couches, ils prient leur Maître, mûs de crainte et d’espoir envers Lui, et distribuent en aumônes une partie de ce dont Nous les avons pourvus. Qui donc saurait quelle félicité leur est réservée en prix de ce qu’ils faisaient ? » (Ste 32 / V. 16-17).Puis il ajouta : -« Ne t’informerai-je pas de ce qui constitue la clef de voûte, le pilier et le point culminant en cette matière ? »-Certainement, O Messager d’Allâh ! répondis-je.-« La clef de voûte de la religion est l’Islam (soumission aux Volontés d’Allâh), le pilier en est la prière, le point culminant en est le « jihâd » (efforts déployés au service d’Allâh) ».Puis il dit : -« Ne t’informerai-je pas de ce qui donnera la maîtrise de tout cela ? »-Certainement, O Messager d’Allâh.Prenant alors sa langue entre les doigts, il dit : -« Empêche cet organe d’agir contre toi ! ».-O Prophète d’Allâh, repartis-je, serons-nous sévèrement repris pour ce que nous aurons proféré ?-« Puisse ta mère porter le deuil d’un enfant tel que toi ! Est-ce que pour précipiter les gens en Enfer, la face en avant (suivant une version, le Messager aurait dit : les narines en avant) il y a autre chose que l’œuvre dévastatrice opérée par leurs langues ? »

HADITH 30

D’après Aboû Tha‘laba Al Khouchanî Jourhoum Ibn Nâchir (Que Dieu soit satisfait de lui), le Messager d’Allâh (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut), dit :« Certes Allâh Le Très Haut a imposé des obligations rituelles : n’omettez pas de les accomplir. Il a fixé des peines corporelles ; n’en dépassez pas les limites. Il a déclaré certaines choses illicites : ne violez pas de telles interdictions. Il s’est tu sur d’autres choses, par miséricorde pour vous et non par oubli : ne cherchez pas trop à en connaître les raisons ».

HADITH 31

D’après Aboû Al ‘Abbâs Sahl Ibn Sa‘d As-Sâ‘dî (Qu’Allâh soit satisfait de lui), qui dit :« Un homme vint trouver le Prophète (Qu’Allâh le bénisse), et lui dit :- « O Messager d’Allâh, dit-il, indique-moi un acte qui, si je l’accomplis, me fera aimer d’Allâh et des hommes.- « Méprise, les vanités du monde, Allâh t’aimera. Méprise ce que les gens possèdent, les gens t’aimeront », répondit le Prophète (Paix sur lui).

HADITH 32

D’après Aboû Sa‘ïd Sa‘d Ibn Mâlik Ibn Sinân Al Khoudrî (Que Dieu soit satisfait de lui), le Messager d’Allâh (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) dit :« Ni tort à quiconque n’en a point causé, ni riposte disproportionnée au tort. »

HADITH 33

D’après Ibn ‘Abbâs (Que Dieu soit satisfait de tous les deux), le Messager de Dieu (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) dit :« S’il était fait droit sur-le-champ aux demandes des gens en procès, il se trouverait certes des hommes pour réclamer indûment les richesses et le sang d’autres hommes. Mais, comme de juste, la preuve est à la charge du demandeur, et le serment doit être déféré à celui qui nie en tant que défendeur ».

HADITH 34

D’après Aboû Sa‘ïd al-Khoudrî (Qu’Allâh soit satisfait de lui) qui dit : « J’ai entendu le Messager d’Allâh (Qu’Allâh le bénisse et lui accorde le salut) s’exprimer en ces termes :« Celui d’entre vous qui voit une chose répréhensible, qu’il la redresse de sa main ; s’il ne le peut, que ce soit en usant du langage ; s’il ne le peut, que ce soit en la réprouvant dans son for intérieur : c'est là le moins qu’on puisse exiger de la foi ».

HADITH 35

D’après Aboû Hourayra (Que Dieu soit satisfait de lui), le Messager de Dieu (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) dit :« Ne vous jalousez pas, en vous livrez pas les uns vis-à-vis des autres dans vos transactions à des surenchères abusives, ne vous haïssez pas, ne vous tournez pas réciproquement le dos, ne cherchez pas à vendre plus bas, par concurrence déloyale. Soyez, ô serviteurs d’Allâh, des frères les uns pour les autres. Car le musulman est frère du musulman, il ne l’opprime pas, ne l’abandonne pas, en lui ment pas, ne le méprise pas. La crainte d’Allâh, eh bien, c’est ici qu’elle siège ! ».En disant ces derniers mots, il montra par trois fois son cœur. Puis poursuivant : « C’est une marque suffisante de malfaisance chez un musulman que de mépriser son frère musulman. Tout dans le musulman est sacré pour un autre musulman : son sang, son bien, sa réputation ».

HADITH 36

D’après Aboû Hourayra (Qu’Allâh soit satisfait de lui), le Prophète (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) dit : « Celui qui soulage un croyant d’une des afflictions d’ici-bas, Allâh le soulagera d’une des afflictions du Jour de la Résurrection. Quiconque rend aisée la vie d’un indigent, Allâh lui facilitera la vie dans ce Monde et dans l’Autre. Celui qui couvre d’un voile généreux une faiblesse quelconque d’un musulman, Allâh le couvrira en cette vie et dans l’Autre d’un voile protecteur. Allâh prêtera assistance à qui le sert tant que celui-ci assistera son frère. Quiconque suit une voie vers l’acquisition d’un savoir, Dieu lui facilitera par cette quête, le chemin du Paradis. Il ne se trouve pas de gens réunis dans une des maisons d’Allâh pour y réciter le Livre d’Allah et se l’enseigner réciproquement sans que la Sérénité divine ne descende parmi eux, que la Miséricorde ne les couvre, que les Anges ne les entourent, et qu’Allâh ne les mentionne avec ceux ayant une place près de Lui. Celui que ses mauvaises actions retardent dans sa route vers Dieu, sa haute naissance ne le fera pas arriver plus vite ».

HADITH 37

D’après Ibn ‘Abbâs (Qu’Allâh soit satisfait de tous les deux), d’après le Messager de Dieu (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) qui rapporte, entre autres paroles qu’il tient de Son Seigneur (Qu’Il soit béni et exalté), celles-ci :« Dieu a fait inscrire sur un Livre éternel les bonnes œuvres et les mauvaises actions des hommes. Puis Il s’est expliqué à leur propos, disant : « Quiconque, s’étant proposé de faire une bonne action, ne la fait pas, Allâh en fait mention, auprès de Lui, comme une bonne action entièrement accomplie. S’il a dessein de l’accomplir et la fait réellement, alors Dieu l’inscrira pour une valeur de dix à sept cent fois supérieure à la sienne propre, et même davantage. S’il se propose de commettre une mauvaise action mais ne la fait pas, Dieu l’inscrira auprès de Lui pour une bonne action entière ; enfin s’il en conçoit le dessein et la fait effectivement, Allâh l’inscrit pour une seule mauvaise action ».

HADITH 38

D’après Aboû Hourayra (Que Dieu soit satisfait de lui), le Messager de Dieu (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut), dit : « Dieu (Exalté) dit : « Quiconque fait preuve d’hostilité vis-à-vis d’un ami, Je lui déclare la guerre. Jamais Mon serviteur ne se rapproche de Moi par une action plus agréable à "Mes yeux" que l’accomplissement des obligations que Je lui ai prescrites. Et Mon serviteur ne cessera pas, pour autant, de se rapprocher de plus en plus de Moi par des œuvres surérogatoires, si bien que Je finis par l’aimer. Et une fois que Je l’ai aimé, Je deviens l’Oreille par laquelle il entend, le regard par lequel il voit, la Main avec laquelle il frappe, le Pied au moyen duquel il se déplace. S’il M’adresse une requête, certes Je la lui accorderai ; s’il cherche un refuge auprès de Moi, il aura sûrement Ma protection ».

HADITH 39

D’après Ibn ‘Abbâs (Que Dieu soit satisfait de tous les deux), le Messager de Dieu (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut), dit :« Certes, Dieu pardonne, par égard pour moi, aux membres de ma communauté leurs fautes, leurs oublis, ainsi que les actes répréhensibles qu’ils auront commis malgré eux ».

HADITH 40

D’après Ibn ‘Oumar (Que Dieu soit satisfait de tous les deux), qui dit : le Messager d’Allâh (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut), me prit par l’épaule et me dit :« Sois en ce bas-monde comme un étranger ou un voyageur ne faisant que passer ». Ibn ‘Oumar (Que Dieu soit satisfait de tous les deux) avait l’habitude de dire :« Quand tu te trouves au soir, ne t’attends pas à voir le matin et quand tu te trouves au matin ne t’attends pas à vivre jusqu’au soir ! Sache tirer parti de ta santé en prévision de ta maladie, et de ta vie en prévision de ta mort ! ».

HADITH 41

D’après Aboû Mouhammad ‘Abd-Allâh Ibn ‘Amr Ibn Al ‘Âs (Que Dieu soit satisfait de tous les deux), le Messager de Dieu (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) dit : « Nul d’entre vous n’aura la vraie foi tant que ses penchants ne se porteront pas d’eux-mêmes vers ce que j’ai prêché ».

HADITH 42

D’après Anas (Que Dieu soit satisfait de lui) qui dit : J’ai entendu le Messager d’Allâh (Que Dieu le bénisse et lui accorde le salut) dire :« Allâh Le Très Haut dit : O fils d’Adam, aussi longtemps que tu M’invoqueras et mettras ton espoir en Moi, Je te pardonnera tes péchés, quels qu’ils aient pu être, sans M’en soucier autrement. O fils d’Adam, si tes péchés accumulés parvenaient au niveau des nuages du ciel, et qu’ensuite tu M’en demandais pardon, Je te pardonnerais. O fils d’Adam, si tu M’apportais une masse de péchés équivalente à celle de la Terre et qu’ensuite tu Me rencontres n’ayant joint aucun associé à Moi, Je te remettrais l’équivalent de cette masse en pardon ».